Ciné – débat autour du film “Grand Central”

Confluence Pour Sortir du Nucléaire organise le vendredi 14 février 2014 à 20h30 en collaboration avec le cinéma Pandora d’Achères un ciné débat autour du thème de la sous traitance dans les centrales nucléaires.
Quelles sont les conditions de travail et les droits des travailleurs sous-traitants dans les centrales nucléaires ? Le recours massif à la sous traitance par l’exploitant entraine-t-il une remise en cause de la sécurité dans les centrales ?
Après la projection du film “Grand Central”, un débat animé par Philippe Billard, syndicaliste CGT, ancien travailleur du nucléaire et président de l’association Santé et sous-traitance, Marc Denis, physicien de formation en physique atomique et moléculaire, et membre du Groupement de Scientifiques pour l’Information sur l’Energie Nucléaire et Philippe Guiter, expert en transport de matières dangereuses et radioactives, syndicaliste Sud Rail et responsable du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) tentera de faire le point sur ces questions.

grandcentral

Grand central
réalisé par Rebecca Zlotowsk

Gary est jeune, agile, il apprend vite. Il fait partie de ceux à qui on n’a jamais rien promis. De petit boulot en petit boulot, il est embauché avec toute une bande de types plus ou moins qualifiés, plus ou moins intérimaires, dans une centrale nucléaire. Ce sont les “prolos du nucléaire”, les travailleurs de l’ombre embauchés par des sous-traitants (plus ou moins scrupuleux) de la “bourgeoise” EDF. Là, au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus fortes, Gary trouve enfin ce qu’il cherchait : de l’argent, une équipe, une famille. La famille, ce sont les anciens qui encadreront la nouvelle main-d’Å“uvre, qui leur détailleront étape après étape les mille et une précautions à respecter, les secrets du dosimètre qui dira à chaque employé jusqu’où il peut continuer à travailler… Tous sont logés dans des mobile-homes au camping du coin, près de la centrale. Une fois leur mission terminée, ils repartiront, qui vers une famille sédentaire et lointaine, qui vers une nouvelle mission sur une autre centrale. Petit à petit, on s’apprivoise, on apprend tout sur les dangers de “la dose”, on sort en bande, on se soutient en cas de trop forte exposition, on picole ensemble… et puis on s’aime aussi. Le décor est insolite et mortifère, mais le récit qui s’y inscrit est éternel et lumineux : Gary rencontre Karole, la femme de Tony… Et Gary et Karole vont s’aimer.Les comédiens (Léa Seydoux, Tahar Rahim, Oliver Goumet…) y sont tous exceptionnels et Rebecca Zlotowski excelle dans les scènes de groupe, dans le suivi quasi-documentaire des travailleurs de l’atome, comme dans la peinture d’une passion naissante puis impossible. Peu à peu s’établit un parallèle discret entre irradiation par l’atome et contamination amoureuse, les deux menaçant chaque jour de condamner un peu plus les personnages. Ce double danger fait que la tension ne décroît jamais.

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *