Recours de l’Observatoire du nucléaire contre la relance des réacteurs

irresp-opacite-asn-gv-cddda

La demande d’annulation par l’observatoire du nucléaire du redémarrage des réacteurs nucléaires Dampierre3, Gravelines2 et Tricastin3 a été déclaré recevable par le conseil d’état, et sera examinée le vendredi 13 janvier 2017 à 10h.

Ces réacteurs figurent parmi les 18 devant être contrôlés après la détection d’une concentration excessive en carbone (1) dans l’acier de leurs générateurs de vapeur (2), susceptible de rompre et de causer une catastrophe nucléaire (dans les démonstrations de sûreté la rupture de la cuve ou d’un générateur de vapeur est dite « exclue », ce qui signifie… qu’il ne faut surtout pas qu’elle se produise : il n’y a alors aucune parade possible et c’est la perspective d’une catastrophe qui peut être de la gravité de celles de Tchernobyl et Fukushima.)

Une douzaine de réacteurs sont actuellement arrêtés pour vérifications (3) or, sous la pression d’EDF qui est obligée d’importer de grandes quantités d’électricité, l’ASN autorise de façon irresponsable la remise en marche de ces réacteurs.

Le réacteur Dampierre 3 a été relancé le 21/12/2016, et la remise en service des réacteurs Tricastin 3 et Gravelines 2 avait été annoncée pour le 23/12/2016.
Or l’ASN ne publie pas les autorisations de remise en route, ce qui a pour effet d’empêcher qu’elles soient contestées en justice : de toute évidence, l’ASN protège les intérêts industriels avant la sûreté des citoyens, et bafoue les droits de ces derniers en les empêchant d’exercer les recours qu’ils ont pourtant le droit de lancer.
L’Observatoire du nucléaire, qui veut contester en justice les autorisations de relance des réacteurs, dénonce le jeu de l’ASN et exige la publication des autorisations dès qu’elles sont signées, afin que les recours légitimes puissent être mis en oeuvre.

Article complet de l’observatoire du nucléaire ici
Europe 1 – 23/12/216 : “Redémarrage de réacteurs nucléaires : le Conseil d’Etat saisi d’une demande d’annulation
Le monde – 18/10/2016 : “Un tiers du parc nucléaire d’EDF est à l’arrêt
Réacteur EPR : les graves défauts reconnus en avril 2015 étaient-ils connus avant la pose des cuves à Flamanville et Taishan (Chine) ?

(1) : ce même défaut avait été mis en évidence sur la cuve de l’EPR de Flamanville
(2) : un générateur de vapeur dans un réacteur nucléaire est un échangeur thermique qui produit la vapeur envoyée dans le turbo-alternateur générant l’électricité
(3) : « Ces douze réacteurs sont équipés de générateurs de vapeur forgés au Japon, sur lesquels de premières analyses font état de concentrations en carbone plus élevées que sur les autres » : Olivier Gupta, directeur général de l’ASN.

Facebooktwittergoogle_plus

Le lobby nucléaire, Le moment Meurice

16 mars 2016

Guillaume Meurice, chroniqueur-humoriste sur France Inter a tenté de s’inviter à la convention de la SFEN – grande réunion du lobby nucléaire français… La SFEN ayant refusé de lui fournir une accréditation, il s’est quand même “planté devant l’entrée” pour savoir ce que le lobby avait à dire sur le risque nucléaire, les réponses sont atterrantes !!

Facebooktwittergoogle_plus

Nucléaire et démocratie

Le nucléaire reste un domaine opaque et secret où la désinformation domine.
L’atome a été imposé en France sans débat démocratique. Ses liens avec la Défense Nationale renforcent l’omerta.
La liberté de manifester pacifiquement est souvent niée pour les antinucléaires, sur lesquels la répression policière s’abat régulièrement.
En 2010, la DCRI (ex-DST) cherchait encore des ennuis à trois salarié-e-s du Réseau “Sortir du nucléaire”.
L’enfouissement des déchets ou l’implantation de nouvelles installations sont l’occasion de faux “débats publics” qui sont des mascarades où tout est joué d’avance. Une démocratie authentique ne peut pas avoir recours au nucléaire.

Facebooktwittergoogle_plus