EPR Hinkley Point (Angleterre) – les coûts et la durée dérapent (de nouveau)

A l’instar de l’EPR de Flamanville, les coûts et la durée du chantier des deux EPR de Hinkley Point (Angleterre) dérapent de nouveau : + 15 mois, et un surcoût de 2,15 milliards d’euros.
Au-delà de ce énième dérapage, c’est la question de la rentabilité qui se pose : le taux de rentabilité prévisionnel du projet d’EPR à Hinkley Point a été abaissé à 7,6 %, contre 9 % initialement. Mais le prix de revente de l’électricité devant être produite par cette centrale nucléaire est fixe à 92,50 livres de 2012 le mégawattheure pendant trente-cinq ans.
En dépit des surcoûts déjà effectifs, et des prochains, EDF ne pourra donc pas faire varier son prix de revente. Pis, si le calendrier de mise en service des EPR devait largement déraper – au-delà de huit ans de retard -, EDF verrait son prix garanti annulé et devrait vendre son électricité au prix de marché.
« C’est un taux proche de celui des projets éoliens en mer, mais on est encore loin de la mise en service à Hinkley Point… » note un analyste financier (Tancrede Fulop, analyste chez Morningstar).
Suite à cette annonce d’un énième dérapage, le cours de l’action EDF a chuté de 6,68% à 9,99 euros, et portant sa perte à 26,67% depuis le début 2019.
Les prochains dérapages vont faire de ce fiasco industriel une catastrophe économique que devront payer les contribuables.

source : Le projet d’Hinkley Point est-il toujours rentable pour EDF ? – Les Echos 25 septembre 2019

Facebooktwitter
Fermer le menu