Les énergies renouvelables rattrapent le nucléaire

En juin 2014, Greenpeace publiait un rapport sur le coût du nucléaire en France. L’ONG y décrivait les grandes évolutions à venir dans le secteur énergétique français, et parvenait une conclusion renversante: l’énergie nucléaire coûterait bientôt plus chère à produire que les énergies renouvelables. L’étude avançait même un calendrier: entre 2020 et 2030.

Aujourd’hui, les experts de Greenpeace le reconnaissent aisément: ils se sont trompés. “La réalité, c’est que ça va beaucoup plus vite”, se réjouit Cyrille Cormier, l’auteur du rapport en question et responsable énergie renouvelable et nucléaire de l’ONG. “La compétitivité des énergies renouvelables progresse rapidement, l’incertitude sur le nucléaire aussi: ce sera plus probablement en 2020.” Une évolution que confirme Cédric Philibert, analyste de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). “Dans l’étude de Greenpeace, le coût du nucléaire était un peu élevé… mais celui des énergies renouvelables aussi. C’est allé plus vite qu’ils ne le pensaient”.

Dans les chiffres, le parc éolien concurrence déjà le nucléaire, dont le coût est estimé à 62€ le mégawattheure (MWh) dans le dernier rapport de la Cour des comptes. “On est à 55 € le MWh dans le meilleur des cas, 80€ le MWh dans le pire. C’est très proche”, observe Cyrille Cormier. Pour le solaire, le coût dépasse encore celui du nucléaire, mais s’en rapproche très sérieusement avec des appels d’offre à 70€ le MWh. “Certains appels d’offres que j’ai pu consulter pour l’année 2016 sont même à 65€ le MWh”, assure Cyrille Cormier. Soit… à peine 3 euros de plus que le nucléaire. “Dans beaucoup de pays, on est à touche-touche. Energie nucléaire et renouvelables sont épaules contre épaules”, analyse Cédric Philibert. “Au Royaume-Uni, par exemple, le coût du l’énergie solaire est moins élevé que celui de l’énergie nucléaire qui sera produite par les EPR”.

voir l’article entier sur le site de Challenges

Facebooktwittergoogle_plus

Déchets, le cauchemar du nucléaire

Réalisateur : Eric Gueret
Auteurs : Eric Gueret, Laure Noualhat
Producteurs : BONNE PIOCHE PRODUCTION, ARTE FRANCE

Devons-nous avoir peur des déchets nucléaires ? “L’obligation de subir nous donne le droit de savoir”.
En abordant ce sujet tabou par sa zone la plus sombre, « la réalité sur les déchets », ce film a l’ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre les choix qui engagent l’avenir de l’humanité.

Les déchets sont le point faible du nucléaire, son talon d’Achille, son pire cauchemar. Les populations en ont peur, les scientifiques ne trouvent pas de solution acceptable, les industriels tentent de nous rassurer et les politiques évitent le sujet.

Mais, qu’en connaissons-nous exactement ? Comment les populations peuvent-elles avoir une vision claire d’un domaine couvert depuis toujours par le secret ?

France, Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Russie : cette enquête internationale scientifique et politique aborde le sujet tabou du nucléaire par sa zone la plus sombre. En partant à la quête de « la vérité sur les déchets », ce film a l’ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre des choix qui pèsent lourd dans l’avenir de l’humanité.

Nuclear power is not without risks, its Achilles heel being nuclear waste.People are afraid of it, scientists cannot find an
acceptable solution to the problem, industry companies are trying to reassure us and politicians avoid talking about it altogether.
But what do we really know about nuclear waste ? How can people have a clear vision of something that has always been shrouded in secrecy ?
Looking at the cases of France, Germany, the United States and Russia, this scientific and political report explores the taboo subject of nuclear power, particularly the darkest aspects of the latter. In seeking “the truth about waste”, this film aims to provide, for the very first time, the keys to understanding the choices which weigh heavily on the future of humanity.

Extrait du documentaire ICI

Article du Monde sur le documentaire

Facebooktwittergoogle_plus

Les anciens sites miniers d’uranium de France ont leur carte

L’Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire vient de mettre en ligne une carte qui recense les 210 anciens sites d’extraction du minerai.

zones_minieres

La France a longtemps exploité des mines d’uranium : la fermeture de la dernière mine date de 2001. Durant 50 ans, depuis la deuxième guerre mondiale, 76 000 tonnes d’uranium ont ainsi été extraites du sous-sol français. Des activités qui ont laissé des risques potentiels, que l’IRSN entend répertorier.
La base de données qu’elle vient de mettre en ligne permet en effet de localiser les sites miniers sur une carte et d’en connaître l’historique. Au menu, les fiches synthétiques des 210 sites répartis dans les 23 zones minières identifiées, classés par zone minière et par ordre alphabétique. Le résultat d’un programme répondant au doux nom de Mimausa (“Mémoire et Impact des Mines d’urAniUm : Synthèse et Archives”).

Lire l’article entier sur le site “L’usine Nouvelle”

Sur le même sujet :

Facebooktwittergoogle_plus