Les centrales nucléaires françaises les plus sures du monde, vraiment… ?

Le président de l’autorité de sureté nucléaire (ASN), Pierre Franck Chevet, que l’on peut difficilement taxer d’anti-nucléaire primaire, le dit lui-même : « … quels que soient les efforts pour la sûreté, un accident de type de Fukushima est possible en Europe …».

De la même manière le directeur de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (ISPN), Jacques Repussard, déclarait 3 mois après la catastrophe de Fukushima « qu’il fallait imaginer l’inimaginable ».
Et en France ? (suite…)

Facebooktwitter

Continuer la lecture
Fermer le menu